PSYCHOLOGIE JUNGIENNE.

Pas de lumière sans ombre .

  Agressivité chronique, reproches répétés contre les mêmes personnes, jugements péremptoires, répétitions malheureuses, autodévalorisation ou autopromotion… Et si c’était notre part d’ombre qui s’exprimait ? « Pour Jung, l’ombre représente une partie de nous-même que nous ne reconnaissons pas comme faisant partie de notre personnalité psychique.

  Lorsque nous ne voyons pas l’ombre en nous, nous la projetons sur les autres, ou bien nous la laissons se retourner contre nous, ce que les jungiens appellent “déflation”.

  Pour Jung, l’ombre nous constitue tout autant que la lumière. Elle peut prendre toutes les formes. Ainsi, la propension à juger peut être la part d’ombre, refoulée ou ignorée, de celui qui accuse toujours les autres de le juger.

   L’ombre comprend aussi tous les aspects que la personnalité consciente perçoit comme négatifs, même quand il ne s’agit pas de défauts. Par exemple, l’humour ou la sensualité, habituellement réprimés chez un homme ou une femme inhibés, pourront se manifester dans certaines circonstances.              Ces traits de personnalité, refoulés en temps ordinaire, constituent leur « part d’ombre ».

  De manière générale, on peut dire que plus l’ombre en soi est identifiée et acceptée, plus on se sent confortable avec soi-même et avec les autres. On parle alors d’intégration.

L’Homme à la découverte de son âme de Carl Gustav Jung (Albin Michel, 1994).

mytamconsulting.com

EnglishFrench
%d blogueurs aiment cette page :